Kototama

Kototama

La manifestation de la vie humaine, à la fois dans le corps et dans l’esprit, est l’activité de la totalité de la vie humaine dans l’univers à priori.
HUMAIN = UNIVERS.
La vie humaine est l’univers lui même. Cette explication de notre vie est la donnée de base du principe de KOTOTAMA.

Masahilo Nakazono Senseï (Inochi, le livre de la vie).

La pratique des trois ordres des 50 sons de KOTOTAMA FUTOMANI, amène le pratiquant à unifier corps et esprit et à percevoir, puis à réellement rentrer en contact avec l’essence de toute chose qui nous entoure, que ces choses soient matérielles comme un arbre ou une pierre, ou immatérielles comme une pensée ou une émotion.

Ces 50 sons représentent les sons originels par lesquels le pratiquant pourra retrouver son unité par une vision claire de la manifestation de chaque chose.

Cette pratique peut s’apparenter à un grand nettoyage corps et esprit pour atteindre l’unité ici et maintenant.

Calligraphies de Noriko Matsusawa senseï

SU

SU, le son de l’univers

NAKAIMA

NAKA IMA, Ici et maintenant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Extrait du livre de William Gleason, :
« A la source spirituelle de l’aikido » aux éditions Guy trédaniel

Le kototama est la source de toute vie et de toute création.
Il est l’énergie fondamentale et indivisible de l’univers, créatrice des formes et des fonctions de l’esprit universel, le KI et donc de la constitution spirituel de l’être humain.
Les cinq voyelles A, E, I, O, U, ou sons mères, sont les dimensions à priori de l’univers (comprendre le non manifesté); elles précèdent les sons audibles.
Les huit consonnes Hi, Ni, Si, Ri, Ti, Yi, Ki, Mi, ou rythmes pères, sont les rythmes du Yin et du Yang, le point d’où naissent la polarité et la vibration.
En se combinant, les sons mères et les sons pères créent les vibrations qui se cachent derrière toute manifestation.
Cette combinaison, c’est le langage des sphères: la conscience elle-même, la réalité immuable cachée derrière le changement, le commencement sans commencement. Cette réalité n’est pas soumise au temps et à l’espace; elle se trouve toujours « ici et maintenant » et elle est ce qui le plus proche de nous, c’est à dire nous-même.
Elle imprègne le monde de la forme et nous immerge dans l’océan de l’infini.
La mère infinie est constamment enceinte du monde de la forme.
Selon le Shinto, son kototama est « shin rei kai », le monde spirituel divin, le royaume des dieux.

Voir l’ agenda pour les dates d’ateliers.


Une vidéo d’un maitre d’aïkido pratiquant kototama

Les commentaires sont fermés.